L’orque ou épaulard (Orcinus orca)

Entre juillet et début septembre, il est possible d’apercevoir des orques à la sortie du Détroit de Gibraltar.

Que savons-nous au sujet des orques dans le Détroit de Gibraltar ?

Les orques sont des animaux intelligents et ingénieux. Ils ont développé des techniques de chasse astucieuses dans le monde entier.

Dans le Détroit de Gibraltar, ils ont appris à dérober les thons accrochés sur les lignes des pêcheurs marocains et espagnols. Pour ce faire, ils attendent patiemment jusqu'à ce que les pêcheurs aient remonté le poisson à une profond d'environ 20m. Ensuite ils arrachent la proie en prenant soin de laisser la tête sur la ligne. Pourquoi ? Parce qu’ils ont appris que l’hameçon, qu’ils détectent grâce à leur système d’écholocation, est nuisible. Le fait de voler le thon à la ligne des pêcheurs est un comportement spécifique des orques présents ici.

Inévitablement, les orques ne sont pas très appréciés des pêcheurs. Mais pour les jeunes orques, le fait de capturer des poissons plus gros leur est bénéfique et ils survivent mieux leur première année de vie que ceux qui ne s'approchent pas des pêcheurs. Une loi permet désormais aux pêcheurs à la ligne de disposer d'un quota de capture plus important, ce qui profite également aux Orques.

Les familles d’orques dans le Détroit

En tant qu'animaux très sociables, les orques vivent dans des groupes de familles généralement dirigés par la doyenne des femelles. En 2004, 25 orques ont été identifiés dans le Détroit de Gibraltar. Neuf d’entre eux appartenaient à un sous-groupe, que l'on observe en général uniquement en printemps au large de Barbate.

Le sous-groupe, que nous observons en juillet et en août autour des pêcheurs à la ligne, était composé de 16 individus : le plus âgé des mâles de ce groupe s’appelle "Camacho" et la doyenne "Matriarchin". Ce groupe s'est séparé en 2006 : deux femelles et leur progéniture ont formé un sous-groupe avec Camacho, et la troisième femelle et sa progéniture ont formé un second sous-groupe avec Morales. Jusqu'en 2007, les deux sous-groupes s'unissaient parfois. Depuis 2008, nous n’avons aperçu qu'une seule fois le sous-groupe de Morales. Nous ne pouvons que spéculer sur les causes de la rareté de ces observations : probablement à cause du manque de thon. Aujourd'hui, le groupe Camacho compte environ 16 individus. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces cétacés nous vous invitons à lire notre rapport de recherche sur les orques.

Les orques fuient-ils les globicéphales?

Alors que la quantité de thon dans cette région continuent de décliner, les observations d’orques aussi se font de plus en plus rares. Certaines années, les animaux ne restent que quelques semaines dans la zone. Mais tant qu'ils reviennent dans le Détroit de Gibraltar, les passionnés d'orques peuvent garder l’espoir d’une rencontre avec ces fabuleux mammifères intelligents.

A plusieurs reprises, nous avons été les heureux témoins de poursuites passionnantes : en effet, après avoir surmonté le premier choc de l’arrivée des orques, les globicéphales peuvent en retour contraindre ceux-ci à quitter leur « territoire ». Ce spectacle est extrêmement rare et unique au monde. Cela nous amène évidemment à nous demander comment est-il possible que seulement quatre globicéphales s’engagent à pourchasser onze orques ? Probablement que les orques entendent la présence des autres 260 globicéphales du Détroit de Gibraltar.

A savoir

  • majorité du corps de couleur noire
  • dessin blanc sur le dessous du corps
  • tache blanche derrière l'oeil
  • nageoire dorsale en forme de pagaie (très haute chez les mâles)
  • grandes nageoires pectorales en forme de pagaie
Orque (Orcinus orca)
Sus-ordre : odontocètes
Famille: Delphinidae (dauphins)
Taille : 5,5–9,5m, 1,6–9 t
Taille de naissance : 2–2,5 m, 180 kg
Espérance de vie : mâle: 30–50 ans
femelle: 50–80 ans
Maturité sexuelle : dès 13 ans (5,5 m)
Reproduction : tous les 3–8 Jahre
Gestation : 12–16 mois
Lactation : bis 18 mois
Alimentation : poissons, calamars, oiseaux de mer, phoques, baleines; 50–100 kg/jour
Vitesse : 55 km/h max.
Durée/Profondeur de plongée : jusqu'à 15 min/250 m

Lisez-en plus sur les orques dans notre blog